Samedi 25 juin 2016 6 25 /06 /Juin /2016 07:00

25.06.2016-1.jpg          25.06.2016-2.jpg

Ah mes tétons !!!

Dès que je les titille, ils se dressent, ils se gonflent énormément !

Je me sens femme jusqu'au bout de mon clito qui lui mouille déjà !

La salive me monte en bouche et je rêve de vos pieds à lécher follement !

Plus je les titille, plus mes reins se cambrent,

plus  mon postérieur se dresse à son tour,

plus mon petit trou s'ouvre et se ferme

semblant appeler votre main à me pénétrer profondément !

Merci Divine Domina de m'avoir révéler ma féminité.

Je vous en serai éternellement reconnaissante !!!

25.06.2016-3.jpg

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 0 commentaires - Publié dans : Aline...
Par Madame. S - Communauté : domination
Jeudi 23 juin 2016 4 23 /06 /Juin /2016 07:00

 

  23.06.2016-1.jpeg

Pour m’aider à redescendre, on me demande de servir l’apéritif.  Je suis en train de servir le champagne, quand M arrive. M est un soumis d’une cinquantaine d’année, calme et un peu intimidé. Il a l’air agréable, et il remplit le questionnaire d’usage en trinquant avec nous. Il semble assez novice, avec quelques craintes, mais il aura l’occasion de dépasser certaines d’entre elles dans la soirée.

Pendant que je m’occupe des invités, ma Maitresse et Madame Isis prennent un malin plaisir à me traiter comme le larbin que je suis, afin de bien m’humilier devant M.

 La soirée avec soumis M ;

Avant de passer à table, ma Maitresse conduit M dans la pièce d’à côté. Je ne sais pas ce qu’ils font, nous n’entendons plus un bruit, et moi je commence à bouillir de voir ce soumis profiter des talents de ma Maitresse. Je me sens abandonné.

23.06.2016-2.jpg

Soudain, ma Maitresse me demande de les rejoindre. Elle est confortablement assise sur une chaise, M est à ses pieds, la queue de ma Maitresse dans la bouche. Elle m’ordonne de regarder, et d’admirer à quel point il suce bien. Je commence par tourner la tête de l’autre côté, pour montrer ma jalousie, mais ma Maitresse insiste, et je dois contempler, les yeux au bord des larmes, ma Maitresse prendre du plaisir avec un autre.

Maitresse Olivia ne cesse de complimenter M sur ses talents de suceur, et me demande alors de faire une pipe à M. Nous nous retrouvons ainsi dans un petit trio, à la queue leu leu, si j’ose dire.

Je m’exécute immédiatement, car si je me sens frustré, rien au monde ne pourrait m’empêcher d’obéir à un ordre de ma Maitresse. Je m’applique donc à donner du plaisir à M, et ce n’est finalement pas désagréable. Il est manifestement bien propre, sa queue a bon gout, il bande bien, et je sens très vite son plaisir monter. J’aime donner du plaisir. Je le prends bien à fond, je lui lèche les couilles, j’astique son membre avec avidité. Un peu trop, car il me demande de ralentir au risque de jouir immédiatement. Dommage, j’aurais bien gouté une giclée de sperme en guise d’apéritif.

 Ma Maitresse siffle la fin de la partie, et nous retournons dans la salle. Je m’installe aux pieds de ma Maitresse, et je pose ma tête sur ses cuisses, les larmes aux yeux. Je suis trop jaloux, il va falloir que je me calme !

 Le diner que je sers comme à l’accoutumée se passe sans anicroche.

 Avant le dessert, ma Maitresse propose à M de tâter de la fessée. Pendant qu’elle s’occupe à lui rougir les fesses, je sens la jalousie poindre à nouveau. Madame Isis, qui s’en est rendu compte, m’ordonne de m’installer aux cotés de M, à quatre pattes, pour subir également une bonne fessée. Celle de M sera de courte durée, mais pas la mienne, tant j’apprécie de sentir les mains des dominatrices chauffer mon épiderme.

Après cet échauffement, Maitresse Olivia fait une démonstration de martinets à M. Même si les lanières de ses martines sont cinglantes, j’aime quand elle me brutalise le dos et les fesses avec. Mon corps ondule sous les coups, comme par reflexe, pour aller au-devant du cuir. Quelques coups plus appuyés sur les fesses me font pousser des « ouf » et des « ah », mais pas question de crier pitié. De toutes les manières, le Safe Word m’est interdit depuis que j’ai signé mon contrat, c’est Maitresse Olivia qui décide quand la punition s’arrête.

C’est maintenant au tour de Mphil de faire une démonstration. Ses martinets font moins mal, ils sont plus sensuels, et ses coups portés à deux mains me procurent une sensation de bien-être. La douleur a fait place à un début de plénitude, je me sens partir vers d’autres horizons. Le talent de Mphil n’est plus à démontrer.

Maitresse Olivia prend maintenant le relai. Mon corps chaud attend la brulure des lanières avec délectation. Les lanières de cuir qui brulent mon épiderme sont devenues les prolongements de ma Maitresse. J’ai l’impression de sentir ses mains prendre possession de mon corps, marquer ma chair de toute sa force et de son autorité. Je voudrais me fondre en elle, ne plus exister que par elle, par ces attentions brulantes.

Quand les martinets cessent d’exercer leur office, je suis au bord du précipice et j’ai du mal à tenir debout.

Mphil a dû le sentir, car après avoir les frottées l’une contre l’autre, il appuie fortement ses mains brulantes sur mes épaules, et je m’écroule terrassé, mais heureux.

 Merci Mphil, Merci Maitresse Olivia.

 

La bougie :

Après cette séance riche en émotion, dont je ressens encore les effets en vous le racontant, nous faisons une petite pause dessert. Un excellent gâteau au chocolat pour nous requinquer, que demander de plus.

Ce moment est vraiment très convivial, je suis heureux, assis aux pieds de ma Maitresse, lui caressant les jambes et les cuisses, l’écoutant avec admiration deviser de choses et d’autres avec nos invités.

Je pourrais rester des heures ainsi, à sentir ses mains caresser ma tête, à sentir ses cuisses sous mes  joues, à la voir si sûre d’elle en toute circonstance. Dans ces moments, je sais pourquoi j’ai signé mon contrat d’esclavage !

 Mais je dois subir la dernière punition de la soirée. Ma Maitresse, vous vous en souviendrez certainement, a promis de dessiner à la bougie sa date de naissance sur mon dos, afin que je n’oublie plus son anniversaire. Elle a déjà réalisé cette punition, mais l’appareil photo est tombé en panne. Nous allons donc réitéré cet exercice artistique.

 Ma Maitresse a convaincu M de tâter de la bougie, histoire de savoir s’il aimera ou non. Il est curieux, il connait le Safe Word, il est confiant, et se prête volontiers au jeu.

La bâche est déployée et Maitresse Olivia s’occupe d’orner le dos de M de cire chaude. Peu habitué à cette sensation, il se tortille légèrement, mais se laisse quand même faire. La séance sera de relativement courte durée, car il crie grâce rapidement.

 Madame Isis prend ensuite la place de M. Elle est une grande adepte de la bougie, surtout quand c’est Mphil qui le pratique. Il est vrai que ses dessins sont superbes, et nous assistons à une bien belle séance.

 C’est enfin à mon tour. Allongé sur le ventre, ma Maitresse vient se positionner à mes côtés. Elle là, toute proche, je peux lui caresser la main, sentir la chaleur de sa cuisse. Je m’abandonne totalement, et j’attends avec impatience les premières morsures de la cire brulante, j’attends les premières douleurs que je veux supporter avec dignité et dévotion, pour elle, pour nous, pour lui montrer à quel point je suis prêt à tout endurer pour qu’elle soit fière de moi.

La bougie est toute neuve, et afin de la préparer, elle fait couler une multitude de gouttes sur mes fesses encore endolorie par les martinets. La douleur est plus forte que prévue, et je ne peux contenir quelques mouvements de fuite. Ma Maitresse attaque maintenant l’écriture de sa date de naissance sur mon dos. Elle doit s’y reprendre à plusieurs fois car je bouge un peu. Je commence à rentrer dans ma bulle. Je sens les traits de cire orner mon dos, je brule intérieurement d’amour pour ma Maitresse, et je le ressens un peu plus à chaque nouvelle coulure. Toutes sortes de signaux fusent dans mon cerveau, le plaisir de la soumission, la douleur, l’amour, l’abandon, le BDSM, la vie. Mon cerveau et mon corps sont en osmose dans une cocotte-minute prête à exploser.

Quel bonheur de revivre ce moment ! Et quel résultat !

Je n’oublierai plus votre anniversaire, Maitresse, je vous l’assure. La soirée touche à sa fin, ma Maitresse rentre chez elle, pour ma part, Madame Isis a accepté de m’accueillir pour la nuit, car je dois me lever très tôt demain matin. Encore une grande soirée au 69 bis !

23.06.2016-3.jpg

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 0 commentaires - Publié dans : Titou...
Par Madame. S - Communauté : Soumission et appartenance
Mardi 21 juin 2016 2 21 /06 /Juin /2016 07:00

21.06.2016-1.jpg

 

La chaise et les œufs ;

Après quelques minutes, elle m’appelle enfin. Elle se tient debout à côté d’une chaise, et son regard froid et déterminé ne présage rien de bon.

Elle m’ordonne de retirer mon string, mes lunettes et ma montre, et de m’assoir sur la chaise.

Je dois positionner les bras le long du dossier, et les jambes le long des pieds. Maitresse Olivia va chercher ses cordes, et s’applique à me ligoter à la chaise. Les mains sont accrochées aux pieds arrières, les jambes aux pieds avants, et je me trouve ainsi immobilisé dans une position obscène. J’ai les jambes écartées, mon sexe à son entière disposition, et je ne pourrais en aucun cas me soustraire à sa perversité.

Pendant ce long moment où les liens enserrent mes membres, je ferme les yeux, afin de me replier sur moi, et mieux ressentir ce qui se passe. Je suis assez excité à l’idée d’être dorénavant à la merci de ma Maitresse.

Maitresse Olivia s’occupe maintenant de poser des pinces sur les tétons, mais pour une fois, les pinces ne sont pas trop serrées, et je ne souffre pas trop.

C’est le moment que choisit ma Maitresse pour m’expliquer la raison de cette punition. Il y a quelques semaines, peu de temps après avoir signé mon contrat, j’ai fait l’amour avec mon épouse. Le contrat n’étant pas explicite sur ce sujet, je n’ai pas cru bon d’en demander l’autorisation à ma Maitresse, mais dans un souci de transparence, je le lui ai annoncé à postériori. Ma Maitresse m’explique tout cela d’une voix froide, après m’avoir craché au visage. Maintenant, m’explique-t-elle, j’ai l’autorisation de faire l’amour avec mon épouse, mais je devrais le lui dire, et je serai puni pour cela. Mon plaisir de faire l’amour aura pour conséquence le plaisir d’être puni, au risque que ma Maitresse invente des punitions par trop douloureuses !

Mais Maitresse Olivia n’en n’a pas fini avec moi. Profitant de ma position, elle prend possession de ma queue, pour l’instant toute recroquevillée sur elle-même. Mais ma Maitresse sait y faire, quelques caresses, et je commence à durcir, et à gémir de plaisir.

Elle décide alors de me bander les yeux. Ainsi dans le noir, le sens de la vue ne vient plus perturber celui du toucher. Les mains de ma Maitresse effleurent mon sexe, et mon corps ligoté tente de se rapprocher de ces doigts accueillants. Puis c’est une masturbation violente, et à nouveau les douces caresses. Mes soupirs se font plus sonores, et dès que je suis au bord de l’orgasme, les caresses changent et me font redescendre.

Après un moment de calme, je sens quelque chose vibrer sur mon sexe, et je découvre une sensation orgasmique puissante. Maitresse Olivia joue avec un œuf vibrant, et j’apprendrai après qu’elle en utilise deux. Je sens qu’elle m’attache quelque chose autours du sexe, et brusquement, comme une décharge électrique, je sens une vibration puissante se déclencher. Cela m’arrache un cri de jouissance, je pense que tout le monde doit m’entendre prendre un plaisir fou. Mon sexe est comme happé par cette nouvelle sensation, je suis sur le point de jouir quand l’œuf tombe à terre.

C’est maintenant une capote qui vient orner ma queue, puis je sens qu’on me lubrifie pour mieux me masturber. Ces moments d’intense plaisir alternés à des pauses me rendent fou. Je gesticule comme un malade dans sa camisole, je tire sur mes liens sur les ordres de ma queue. Mon cerveau ne pense plus, tous les neurones sont descendus dans ma bite, et je ne suis qu’un objet de plaisir.

Et brusquement, tout s’arrête. Ma Maitresse m’embrasse à pleine bouche, et me détache lentement. Je me précipite dans ses bras, je la serre très fort, et je ne peux retenir mes larmes de bonheur. Nous retrouvons Madame Isis et Mphil, qui se gaussent et me traitent de salope en chaleur, tant ils m’ont entendu crier mon plaisir.

21.06.2016-2.jpg

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 1 commentaires - Publié dans : Titou...
Par Madame. S - Communauté : BD/DS/SM
Dimanche 19 juin 2016 7 19 /06 /Juin /2016 07:00

 

 19.06.2016-1.jpg

 

Découvrez une soirée de Titou, il y a quelques années, moment qu’il souhaite partager avec mes lecteurs ;

A lire sans modération ! ;-)

 

Je viens de passer une semaine de congés en Auvergne, et j’ai trouvé le temps long sans ma Maitresse.

Malgré un planning, chargé, je me suis débrouillé pour me rendre disponible ce soir. Nous avons rendez-vous au 69 bis, et je suis comme toujours impatient de retrouver Maitresse Olivia et Madame Isis.

Début de soirée ; J’arrive au 69 bis de bonne heure, j’étais trop impatient pour attendre plus longtemps. Je suis un peu chargé, avec mon sac à dos qui contient mes affaires (je dors au 69 bis cette nuit), mon cartable, et quelques cadeaux. Maitresse Olivia adore le fromage, alors je lui apporté du fromage d’auvergne, un saucisson et une bouteille de vin d’auvergne.

Je pose mes sacs précipitamment, avant d’aller baiser les pieds de ma Maitresse, comme il se doit.

Arrivé un peu tôt, ni Maitresse Olivia, ni Madame Isis ne sont prêtes, et nous nous habillons de concert, en discutant autours de soumis qui doivent se joindre à nous.

Maitresse Olivia revêt une magnifique robe longue, noire, en cuir, qui augmente encore, s’il en était besoin, sa majesté. Qu’elle est belle, quand elle est dans sa tenue de dominatrice !

 

Ma Maitresse et moi-même changeons de place la table du 69 bis, afin d’installer la cage. La table est bien lourde à transporter, et cela me donne l’occasion de faire une remarque à Madame Isis.

J’aurais mieux fait de ma taire, car ma Maitresse décide de me corriger pour ce manque de respect. Après un léger échauffement de mes fesses, je reçois 5 coups de la cravache appelée « la saloperie », puis 5 nouveaux coups plus appuyés car je n’ai pas remercié Maitresse Olivia assez vite.

Merci Maitresse Olivia pour cette marque d’attention, et ces marques sur les fesses.

Sur les conseils de Maitresse Olivia, j’installe la cage à l’emplacement que nous venons de libérer, et je m’installe à l’intérieur pour 25 minutes, 20 minutes qui correspondent à une des punitions inscrites sur le carnet, et 5 minutes de plus de la part de Madame Isis, pour m’apprendre à parler à tort et à travers.

Au bout de quelques minutes, ma Maitresse installe une couverture sur la cage afin de me placer dans l’obscurité, et vient s’assoir devant. Elle place ses pieds dans une fente de la cage, et j’ai ainsi le bout de ses bottes à portée de langue. Je me précipite évidemment pour lui lécher les bottes, comme la bonne chienne que je tente de devenir. J’adore ce moment, où je suis un bon toutou, avec pour seul objectif de montrer à ma Maitresse combien j’ai besoin, combien j’ai envie de la satisfaire.

Le temps imparti s’étant écoulé, ma Maitresse m’autorise à sortir de la cage, et à me détendre un peu. De son coté, elle va dans la pièce d’à côté, dans laquelle je l’entends bouger des choses, faire du bruit. Je n’ose aller voir et me demande ce qu’elle est en train de préparer.


19.06.2016-2.jpg

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 2 commentaires - Publié dans : Titou...
Par Madame. S - Communauté : Satin,nylon,soie,fétchisme
Vendredi 17 juin 2016 5 17 /06 /Juin /2016 07:00

17.06.2016-1.jpg

Maîtresse,

Vous me relatez souvent plus Votre Quotidien avec des détails croustillants. Ceux-ci ne cessent de me dépasser car je Vous admire et le fait d'être ainsi un peu le témoin de Votre Intimité me fait prendre conscience que Vous avez bien voulu m'offrir cette place de privilégier. Tout comme quand Vous décidez que je déguste Votre Urine ou que je me retrouve nu devant Votre Canapé, je m'exécute car j'ai toujours à ce moment précis, mes bras mes jambes qui se mettent à trembler sans que je puisse Vous en expliquer la raison, sinon que je suis heureux en prenant conscience du mot "bonheur".

Comme je Vous l’expliquais il y a quelques jours, je n'ose jamais trop m'imposer pour Vous parler de mon quotidien, mais le fait d'avoir lu Vos Sentiments me concernant prouvent que Vous et moi, étions faits pour nous rencontrer.

Je rêve de Vos Pieds de Déesse.

Aaron.

17.06.2016-2.png

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 2 commentaires - Publié dans : Les mots ou les maux d'Aaron...
Par Madame. S - Communauté : Bdsm Passion
Mercredi 15 juin 2016 3 15 /06 /Juin /2016 07:00

15.06.2016-1.JPG              15.06.2016-2.JPG

Maitresse,

Vos publications sur votre blog réveillent la catin cachée en moi...

Je viens de faire ses photos pour Vous.

Dans mon box apeurée... clito tout petit…

Votre Catin ...Vous le savez…

15.06.2016-3.JPG                 15.06.2016-4.JPG

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 4 commentaires - Publié dans : Godeline
Par Madame. S - Communauté : Satin,nylon,soie,fétchisme
Lundi 13 juin 2016 1 13 /06 /Juin /2016 07:00

13.06.2016-1.jpg      13.06.2016-2.jpg

Ma Divine Domina,

que j’aime être femme,

chaque jour un peu plus pour Vous plaire et être moi,

Aline,

celle que je suis profondément

et que vous avez su forger et accepter…

Merci.

13.06.2016-3.JPG

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 6 commentaires - Publié dans : Aline...
Par Madame. S - Communauté : Soumission et appartenance
Samedi 11 juin 2016 6 11 /06 /Juin /2016 07:00

11.06.2016-1.jpg

Madame, il me tarde de vous revoir.

J'aime quand Vous rentrez sans sonner et que vous ouvrez la porte. A partir de ce moment c'est comme si Vous preniez possession des lieux et de son « maître ».

 Le « maître » de séant devient un jouet dès cet instant; il le sait et Vous le savez.

Il craint que Vous n’abusiez de ce pouvoir et en même temps il désire que Vous en abusiez.

Et, malheureusement…

Après Votre départ, la raison reprend le dessus et il redevient le « maître » des lieux mais pour combien de temps ? Car quelques heures plus tard, il n’a qu’envie, que ces moments forts recommencent.

Est-ce cela que la dépendance ?

Marc-Antoine.

11.06.2016-2.jpg

Pour ma part, la dépendance fait partie intégrante de la relation. Car cela fait partie de l’enchantement de la relation. La force de ta Divine, celle qui t’envoute à jamais. Celle dont tu ne peux plus te passer, car elle à ce que personne d’autre n’a à tes yeux… Ce que vous partagez, intimement…

Madame.S

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 2 commentaires - Publié dans : La rubrique de Marc-Antoine...
Par Madame. S - Communauté : Bdsm Passion
Jeudi 9 juin 2016 4 09 /06 /Juin /2016 07:00

09.06.2016-1.jpg

Cathy aimerait savoir…

Bonjour à tous, vous soumis et soumises de Madame.S

Une petite question s’est posée à moi. Surtout pour ceux qui sont en couple.

Comment se passe l'abstinence imposée par notre Divine Madame S ? Et ce avec le temps qui passe ?

Pour ma part, Cathy, vivant seule je n’ai pas de soucis.

Mais vous alors, que dit madame a la maison ?

09.06.2016-2.jpg

Voilà une bonne question venant de ma Cathy.
A vos claviers ; Et tout le monde peut s’exprimer, pas uniquement mes soumis. Mais également mes lecteurs s’ils le souhaitent !

Madame.S

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 6 commentaires - Publié dans : Cathy...
Par Madame. S - Communauté : domination
Mardi 7 juin 2016 2 07 /06 /Juin /2016 07:00

07.06.2016-1.jpg

Le baiser de la soumission, qui brûle dans la bouche. Quelle délicieuse évocation...

Pour mon prochain défi, je souhaiterais que vous soyez capables à nouveau de me faire plaisir et cela par fidélité et humiliation divine suite à la demande de votre Maîtresse…

Je souhaiterais, que vous trouviez des orties ; Bien piquantes de préférence ! ;-)

C’est la période idéale !

Que vous vous frottiez les fesses (et n’oubliez pas votre petit trou) et les tétons avec ces jolies plantes.

Mais j’ajoute un endroit plus… Délicat. Vos lèvres. Machiavélique non !?

Et que vous me fassiez parvenir quelques photos de ce moment que j’imagine brûlant. Mais brûlant de désir et de souffrance !

Je vous laisse quelques jours pour y arriver et ne pas me décevoir.

Madame.S

07.06.2016-2.jpg         07.06.2016-3.jpg

Maîtresse,

Je Vous envoie la dernière photo avec le bouquet d'orties en bouche, encore une fois le résultat est invisible quand je me regarde, par contre le contour de mes lèvres est réellement engourdi.

Voici enfin les photos conformes à Votre Volonté, ce fut comme à chaque fois le moment de vivre beaucoup de plaisir enivrant et urticant, en pensant à Votre Sensualité si Débordante, et bien sûr sans avoir la possibilité de me masturber...

J’ai profité d’une promenade à vélo pour faire ma cueillette d’orties. J’en ai bien-sûr profité sur cette petite route où j'étais seul au monde, pour me placer ces paquets d'orties dans mon slip au contact de mes parties intimes. Le résultat n'est pas flagrant et pourtant j'avais l'arrière en feu... Et j’étais heureux de réaliser ce défi pour Vous et Vos si jolis yeux verts, tout comme les orties dévastatrices !

Aaron.

07.06.2016-4.jpg   07.06.2016-5.jpg

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 3 commentaires - Publié dans : Les défis de Madame.S
Par Madame. S - Communauté : Bdsm Passion
Lundi 6 juin 2016 1 06 /06 /Juin /2016 07:00

06.06.2016-1.jpg

Maîtresse,

Voici exactement 7 ans, le 6 juin 2009, que Vous m'offriez ce moment d'éternité en m'emmenant chez Votre Pierceur Attitré de Strasbourg.

Par cette personne interposée, Vous alliez m'ouvrir la voie de Votre Propre Résonnance, c'est à dire l'Amour platonique et inconditionnel de Votre Belle Personne.

Quand le pierceur ajusta sa longue aiguille à l'extrémité de mon têton, je me souviens de ce profond désir de possession, ce vœux d'appartenance, et sans oublier la peur qui m'envahissait.

Au moment où son fleuret me pénétra, Vous me teniez les mains, et par Vos Vibrations, je sentais Votre Volonté de me mener vers Votre Pouvoir.

je ne cesse d'admirer depuis, chaque jour qui passe ce petit lien en acier qui me  rappelle, Celle à qui j'appartiens.

Servilement.

Aaron.

06.06.2016-2.jpg

Je ne pourrais jamais oublier ce moment, ou l'aiguille à transpercer ta peau. Et que tu es devenu, encore un peu plus celui que je désirais.

Tu m'appartiens et toi et moi savons que cet anneau est plus profond que certaines bagues au doigt.

Notre lien est précieux et j'espère que notre route est sans fin...

Madame.S

06.06.2016-3.jpg

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 5 commentaires - Publié dans : Les mots ou les maux d'Aaron...
Par Madame. S - Communauté : Soumission et appartenance
Dimanche 5 juin 2016 7 05 /06 /Juin /2016 07:00

05.06.2016-1.JPG     05.06.2016-2.JPG

Le baiser de la soumission, qui brûle dans la bouche. Quelle délicieuse évocation...

Pour mon prochain défi, je souhaiterais que vous soyez capables à nouveau de me faire plaisir et cela par fidélité et humiliation divine suite à la demande de votre Maîtresse…

Je souhaiterais, que vous trouviez des orties ; Bien piquantes de préférence ! ;-)

C’est la période idéale !

Que vous vous frottiez les fesses (et n’oubliez pas votre petit trou) et les tétons avec ces jolies plantes.

Mais j’ajoute un endroit plus… Délicat. Vos lèvres. Machiavélique non !?

Et que vous me fassiez parvenir quelques photos de ce moment que j’imagine brûlant. Mais brûlant de désir et de souffrance !

Je vous laisse quelques jours pour y arriver et ne pas me décevoir. Madame.S

05.06.2016-3.JPG  05.06.2016-4.JPG

Madame.S, j’ai fait de mon mieux, moi votre Cathy, pour réaliser votre défi des orties.
Je ne sais si vous serez satisfaite mais je l’ai fait pour Vous et parce-que vous êtes ma Maîtresse.

Je pense et j’espère que cela vous fera plaisir car je sais que ces défis comptent pour Vous.

Madame S il faut bien Vous l’avouer et je dois dire que les orties printanières sont bien vivaces, comme je le disais

sur les lèvres cela m’a donné comme un bouton de fièvre et même une ou deux cloques désagréables. Mais pour moi je l’avoue, plus dur a été le torse et le ventre, et les fesses aussi, cela m’a brulée durant toute la journée.

Mais pour ma Divine Maitresse, cela le vaut bien pour notre Ravissante Déesse…

Je vouais en tous cas Vous honorer de mon mieux et je sais que Vous en tiendrez compte, vu ma situation de santé actuelle.

Merci. Votre Cathy.

05.06.2016-5.JPG  05.06.2016-6.JPG

Ma Cathy, je suis contente car au départ tu ne pensais pas réaliser ce défi. Et j’apprécie vraiment beaucoup les efforts que tu as pu faire pour y arriver. Et je constate que les orties ont fait de l’effet sur ta peau et tes lèvres ! Voilà qui me satisfait. Bravo, je ne peux que te féliciter…

Madame.S

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 3 commentaires - Publié dans : Les défis de Madame.S
Par Madame. S - Communauté : Soumission et appartenance
Vendredi 3 juin 2016 5 03 /06 /Juin /2016 07:00

03.06.2016-1.jpg             03.06.2016-2.jpg

Le baiser de la soumission, qui brûle dans la bouche. Quelle délicieuse évocation...

Pour mon prochain défi, je souhaiterais que vous soyez capables à nouveau de me faire plaisir et cela par fidélité et humiliation divine suite à la demande de votre Maîtresse…

Je souhaiterais, que vous trouviez des orties ; Bien piquantes de préférence ! ;-)

C’est la période idéale !

Que vous vous frottiez les fesses (et n’oubliez pas votre petit trou) et les tétons avec ces jolies plantes.

Mais j’ajoute un endroit plus… Délicat. Vos lèvres. Machiavélique non !?

Et que vous me fassiez parvenir quelques photos de ce moment que j’imagine brûlant. Mais brûlant de désir et de souffrance !

Je vous laisse quelques jours pour y arriver et ne pas me décevoir.

Madame.S


Ma Divine Domina, vous savez pourquoi je n’ai pas su réaliser au mieux votre défi. J’espère que vous pardonnerez votre Aline, qui n’est pas fière de ce piètre résultat. Je m’en excuse.

Votre Aline.

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 4 commentaires - Publié dans : Les défis de Madame.S
Par Madame. S - Communauté : Satin,nylon,soie,fétchisme
Mercredi 1 juin 2016 3 01 /06 /Juin /2016 07:00

01.06.2016-1.JPG    01.06.2016-2.JPG

Le baiser de la soumission, qui brûle dans la bouche. Quelle délicieuse évocation...

Pour mon prochain défi, je souhaiterais que vous soyez capables à nouveau de me faire plaisir et cela par fidélité et humiliation divine suite à la demande de votre Maîtresse…

Je souhaiterais, que vous trouviez des orties ; Bien piquantes de préférence ! ;-)

C’est la période idéale !

Que vous vous frottiez les fesses (et n’oubliez pas votre petit trou) et les tétons avec ces jolies plantes.

Mais j’ajoute un endroit plus… Délicat. Vos lèvres. Machiavélique non !?

Et que vous me fassiez parvenir quelques photos de ce moment que j’imagine brûlant. Mais brûlant de désir et de souffrance !

Je vous laisse quelques jours pour y arriver et ne pas me décevoir. Madame.S

01.06.2016-3.JPG     01.06.2016-4.JPG

Maîtresse,

D’une manière machiavélique, vous nous avez fait une demande qui nous emmène dans une triangulation féminine.

Vous avez exacerbé notre sensibilité sur 3 points précis -bouche-seins-chatte...

Les brûlures désamorcent et ridiculisent notre masculinité puisque toute l'hyper-sensibilité s'est installée sur des zones maintenant surchauffées qui me font devenir femme…

Mes fesses sont en feu et je ne sens plus mon petit trou ; brulant… froid...une sensation de dilatation... d'être ouverte entre mes fesses. La brulure sur les tetons est intense et les excite fortement...quant aux lèvres... c'est le baiser de la soumission… Cela brule dans la bouche....

Merci Maîtresse.

Godeline qui perd pied…

01.06.2016-5.JPG 01.06.2016-6.JPG

Ces boursoufflures superbes ! Tu as du souffrir et j'aime l'idée que tu puisses avoir eu mal pour moi.

Est-ce encore sensible à cet instant ? J'aimerais tant que tu me dises oui...

Ce baiser, enivrant; Bravo pour la photo qui m'inspire terriblement.

Poétique et si troublant...

Ces fesses, rougies et gonflées; La trace des orties, on imagine que cela chauffe et titille...

Ces tétons ornés de vert piquant.

Madame.S

01.06.2016-7.JPG               01.06.2016-8.JPG

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 4 commentaires - Publié dans : Les défis de Madame.S
Par Madame. S - Communauté : BD/DS/SM
Lundi 30 mai 2016 1 30 /05 /Mai /2016 07:00

30.05.2016-1.jpg        30.05.2016-2.jpg

Le baiser de la soumission, qui brûle dans la bouche. Quelle délicieuse évocation...

Pour mon prochain défi, je souhaiterais que vous soyez capables à nouveau de me faire plaisir et cela par fidélité et humiliation divine suite à la demande de votre Maîtresse…

Je souhaiterais, que vous trouviez des orties ; Bien piquantes de préférence ! ;-)

C’est la période idéale !

Que vous vous frottiez les fesses (et n’oubliez pas votre petit trou) et les tétons avec ces jolies plantes.

Mais j’ajoute un endroit plus… Délicat. Vos lèvres. Machiavélique non !?

Et que vous me fassiez parvenir quelques photos de ce moment que j’imagine brûlant. Mais brûlant de désir et de souffrance !

Je vous laisse quelques jours pour y arriver et ne pas me décevoir.

Madame.S

 

Maitresse,

Mes fesses sont en feu et cela pique !

Mais surtout, quel bonheur d'avoir les seins en feu aussi pour Vous !

Et mes lèvres brûlantes et qui réagissent, mais malheureusement cela ne se voit pas… J’aurais aimé que l’on voit ma souffrance pour Vous.

Le clou du défi, mon cul et le bouquet d'orties.

Désolé pour la piètre qualité des photos

le meilleur moment, le défi est réalisé, vous etes dans mon esprit et mes pensées

30.05.2016-3.jpg

Le défi des orties par titou.

12 mai

Bonjour Maitresse,

Permettez-moi de vous féliciter pour la perversité de ce nouveau défi, une perversité toute machiavélique comme vous le qualifiez vous-même. Vous savez que je me ferai un plaisir d'y répondre au mieux.

Je crains néanmoins les orties sur les lèvres, non pas par peur de souffrir, et encore moins d'avoir les lèvres en feu par dévotion envers ma Maîtresse. Ce qui m’inquiète, c'est que je ne sais pas quel résultat auront les orties sur mes lèvres et combien de temps cela se verra. Si je me frotte les lèvres aux orties le matin en partant bosser, j'espère que cela ne se verra pas quand j'arriverai au travail. Et inversement si je trouve des orties en sortant du boulot. A suivre donc.

 

13 mai : chapitre 1.

Bonsoir Maîtresse,

Un petit mot pour vous raconter le premier chapitre de votre défi, malheureusement pas à la hauteur de mon ambition.  J'ai eu du mal à partir du bureau, un pot entre collègues. Malgré l'horaire un peu tardif je me suis arrêté dans mon bois préféré presque aux portes de la maison. Trop de speed pour réaliser ce que je voulais. Néanmoins, je vous écris de mon lit et j'ai "le feu au cul".

C'est vraiment une bonne sensation car c'est ce qui me permet de me sentir proche de vous. 

Reste que je dois encore travailler pour être à la hauteur de votre défi. A suivre.

30.05.2016-4.jpg

17 mai : chapitre 2.

Après une journée chargée au boulot, je suis parti relativement tard. J’étais aux alentours de mon petit bois vers 20 h 10, j’ai donc décidé de m’arrêter. Mon objectif était de m’occuper de mes seins. La veille au soir, j’avais pris soin de passer un coup de tondeuse à barbe autours de mes tétons, afin d’éviter les poils disgracieux sur les photos.

Une fois la voiture garée, je me suis enfoncé un peu dans le bois, là où je sais trouver des orties bien urticantes. J’ai confectionné un petit bouquet, muni de mes gants de jardin. J’ai ensuite ouvert ma chemise, et j’ai frotté les deux tétons, en prenant soin de frotter avec les feuilles les plus piquantes, du côté pile des feuilles.

Les piqures assez violentes ont eu effet inattendu sur moi : cela m’a instantanément procuré du plaisir, qui s’est ressenti jusque dans mon bas ventre, un plaisir similaire à celui que j’ai pu ressentir dans des séances BDSM où des dominatrices torturaient mes tétons. J’avais prévu d’avoir du plaisir à souffrir pour vous, Maitresse, cela s’est transformé en véritable plaisir charnel.

La qualité des photos associées n’est pas terrible, difficile de faire des selfies, d’autant que dans ces moments, j’ai tendance à trembler du fait du stress et de l’émotion. J’ai réalisé une partie du défi, la suite est à venir.

 

18 mai : chapitre 3.

J’ai plutôt mal dormi cette nuit, car je sais ce que je m’apprête à faire pour vous, avant d’aller au bureau : j’ai décidé de ma badigeonner les lèvres d’orties comme vous l’avez souhaité. Je suis un peu inquiet car je ne sais pas si cela va se voir, ni combien de temps. Je ne voudrais pas avoir les lèvres boursoufflées en arrivant au travail, et devoir trouver une excuse bidon.

3 minutes après mon départ de la maison, je me suis arrêté dans les bois. J’ai cherché des orties bien propres. J’ai pris une première photo de mes lèvres, et j’ai commencé à les frotter avec les quelques feuilles cueillies. Pas trop violente au début, la douleur a commencé à monter petit à petit. Cela ne se voit pas vraiment sur les photos. Autant sur la peau les orties font apparaitre de petites cloques blanches, que sur les lèvres on ne voit rien, peut-être sont-elles un peu plus rouges. Finalement, ce n’est pas une véritable douleur, mais la sensation d’avoir les lèvres en feu.

Je suis remonté dans la voiture, j’ai une heure de route pour arriver au bureau. Un peu de mal à me concentrer au volant, je ne pensais qu’à vous à travers mes lèvres enflammées pour le plaisir d’être à vous, d’être proche de vous, de vous sentir en moi et d’être à la hauteur de votre défi. Et pour cela, je vous remercie car vous m’avez accompagnée pendant une heure d’embouteillages, c’était presque intime. Merci.

 

25 mai : chapitre 4.

Le temps n’est vraiment pas au rendez-vous ces jours derniers, il pleut sans arrêt, rendant quasiment impossible de jouer avec des orties.

Mercredi 25 mai, une fenêtre vient de s’ouvrir, il fait beau et cela ne va pas durer.  Je suis donc parti du boulot un peu plus tôt pour aller réaliser la dernière partie de ce défi.

Je vais être très vite confronté à des difficultés imprévues qui vont me compliquer la tâche. Comme vous le savez j’ai mes habitudes dans un petit bois près de chez moi, bois dans lequel officie une roumaine qui vend ses charmes, bois dans lequel j’ai réalisé les premiers chapitres de ce reportage. Il y a une entrée dans les bois qui lui permet de faire ses petites affaires, une entrée suffisamment discrète pour que je puisse y réaliser mon défi. Malheureusement, cette entrée a été fermée dernièrement, probablement pour chasser la roumaine, et je constate qu’il est absolument impossible de rentrer dans le bois. Ça commence mal.

Dépité, je reprends la voiture pour trouver un autre endroit avec des orties et suffisamment discret. Après la visite de 3 endroits autours de chez moi, je trouve enfin une entrée dans un bois.

Je commence par me cueillir un gros bouquet d’orties, avec de grosses tiges pour réaliser mon défi. Muni de ce beau bouquet dont je vous ai envoyé une photo, je m’enfonce dans les bois que j’espère suffisamment discret pour ne pas être vu.

Une fois dans un coin tranquille, je baisse mon pantalon. J’aime cette adrénaline d’être ainsi cul nu dans les bois. J’ai prévu un speculum pour m’élargie le trou, et faciliter l’introduction du bouquet d’orties dans mon anus. Malheureusement, je n’arrive pas à faire en sorte qu’il tienne tout seul, et je décide de le retirer. Je prends alors les branches d’orties les plus solides, et je les fais rentrer une par une dans mon trou. Elles rentrent les unes après les autres, les feuilles commencent à piquer mes fesses. Une quinzaine de branches d’orties sont enfin introduites dans mon trou, la chaleur commence à monter de mon fondement vers mon corps tout entier, la brulure devient intense. Mon cul sert de vase pour ce bouquet d’orties qui dépasse.

J’attaque alors la séance photo, mais tout seul ce n’est pas facile. Je tente toutes les positions. Debout penché en avant, je tente une photo de mes fesses par derrière, je me mets à quatre pattes, je m’allonge sur le dos les cuisses écartées, et je prends des photos dans toutes ces positions. Ce reportage photo est difficile à réaliser, et je passe au moins 15 mn à me tourner dans tous les sens (je prends les photos et regarde le résultat avant d’attaquer une nouvelle position ou de changer le réglage du téléphone), les orties brulant mon fondement. Quand j’ai un stock suffisant de photos, je retire le bouquet de mon trou, ramasse mes affaires, me rhabille et retourne à la voiture.

Il me reste 10 mn pour rentrer à la maison. Heureusement que je ne suis pas loin. Assis sur mon siège, mes fesses me brulent terriblement, au point que j’ai du mal à me concentrer sur ma conduite. Arrivé à la maison, je monte directement dans la salle de bain pour prendre les dernières photos, et prendre une petite polaire car il ne fait pas très chaud à la maison. Guère besoin d’un gilet, je suis en nage !

30.05.2016-5.jpg

Epilogue…

Mercredi soir, je suis à la maison, assis dans mon fauteuil. J’ai le feu au cul. Je fais régulièrement aux toilettes car j’ai l’impression que mes fesses vont exploser. Quand je passe la main, j’ai l’impression qu’elles ont doublé de volume et que mon trou n’est plus accessible tellement elles ont enflé. Je me demande si je n’y suis pas allé un peu trop fort, mais j’aime cette sensation de défi réussi pour le plaisir de ma Maitresse. J’aime ces instants où je ne pense qu’à vous, j’ai envie de me donner du plaisir avec la chaleur et la douleur sourde dans mon fondement.

Je décide de monter dans la chambre et je vous envoie une ultime photo, avant de commencer à me masturber, m’imaginant en face de vous, subissant votre regard moqueur. Raté, mon épouse a décidé de se coucher de bonne heure également.

Ma nuit est hantée par vous Maitresse, mes fesses me brulent sans arrêt, et quand je monte dans ma voiture direction le boulot, m’assoir me fait encore souffrir. Quel bonheur.

Maitresse, j’aime passer sous votre emprise à l’occasion de vos défis. J’aime faire le maximum pour être à la hauteur de vos exigences, tenté d’aller toujours plus loin pour vous montrer ma dévotion. Dans ces moments, je vous sens au-dessus de moi, me guidant vers toujours plus de soumission. Le monde extérieur semble disparaitre, nous ne sommes plus que tous les deux.

Mon cerveau n’a plus qu’un seul neurone et c’est vous qui le tenez, qui le manipulez, qui le guidez.

Merci Maitresse.

30.05.2016-6.jpg

Je suis contente par la détermination de la réalisation du défi que je t’ai demandé ; Cela t’a pris du temps et de l’énergie, sans compter les risques attenants ;

Mais surtout, je ne peux qu’essayer d’imaginer la chaleur qui a parcouru tes seins, tes lèvres, ton cul...

J'aime et cela me transporte. Obéir à mes défis est pour moi une réelle source de plaisir cérébral.

Bravo pour la réalisation de celui-ci mon Titou !

MS

Laisser un petit mot à Madame.S... - Voir les 4 commentaires - Publié dans : Les défis de Madame.S
Par Madame. S - Communauté : Bdsm Passion

Images Aléatoires

  • Joujoux...
  • Aux pieds de Madame...
  • A mes pieds...
  • Madame S
  • Le lien...
  • Chaussure à talons t-shirt homme !

Présentation

Calendrier

Juin 2016
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés